C’est ainsi que je traiterai les terribles tragédies qui ont frappé notre pays le 11 janvier et le 13 novembre. Je n’aurai aucun mot pour nos amis, compagnons, collègues, voisins, parents proches ou éloignés, tout a été dit. Ils sont partis, je ne les connaissais pas, et tout ce que j’ai pu faire, c’est leur consacrer en tout et pour tout que deux petites minutes, deux ridicules petites minutes mais tellement pleines de sens, de recueillement, de dignité et de colère.

A la suite de ces attentats, pendant que le monde démocratique nous soutient et nous envoie des messages de réconfort et de sympathie, pendant que des stades se figent pour une minute de silence, pendant que des rassemblements entonnent la Marseillaise, une partie de notre classe politique, en plein deuil national, en profite pour développer stratégie de communication et autres odieuses manœuvres en vue des prochaines élections. Les mêmes qui devaient passer le KARCHER dans nos banlieues à risques, les mêmes qui ont agit sans conséquences au moyen orient en déstabilisant une région aujourd’hui fief terroriste, les mêmes qui ont brisés des liens diplomatiques prépondérants avec le monde Arabe en faisant entrer la France dans l’OTAN, les mêmes qui ont supprimés des milliers d’emplois dans la police et la gendarmerie, les mêmes qui ont fustigé les emplois de policiers de proximité, enfin les mêmes qui affaiblissent la nation à des fins personnelles en fanfaronnant devant les caméras. Que cela doit régaler nos ennemis de voir droite et extrême droite se bouffer le croupion pour quelques voix de plus. 

 A n’en pas douter nous sommes observés, nous sommes scrutés. Certes l’intervention de la France contre le terrorisme  est un facteur important dans les attentats que nous subissons. Cependant à mon sens ce n’est pas le seul. Car à affaiblir sans cesse la Présidence de la République comme certains s’y ingénient  c’est l’état et son autorité qui en ressortent affaibli. C'est l'image de la cohésion nationale envers ses dirigeants qui est troublée. Les flanby et autre capitaine de pédalo pèsent lourd. Les livres vengeurs sont destructeurs. Les photos volées pour être vendue sont assassines. Le journalisme polémique de certaines chaînes d’informations continues fait des ravages. Si l’on ajoute à cela un  quinquennat qui a réduit la  France en un pays en constante campagne électorale on obtient ce que nous vivons et ce que nous ne sommes pas. Aujourd’hui nous sommes un peuple fort, uni, fier et responsable qui ne méritons pas l’imposture de notre classe politique. Aujourd’hui il faut redonner à la fonction présidentielle française l’aura qu’elle doit dégager. Le peuple français le peut, il en a les ressources, il ne reste qu’aux égaux surdimensionnés à se contrôler et à penser à l’intérêt de la nation plutôt qu’à un intérêt personnel qui fait de nous une cible de choix que le terrorisme vient tester.